Islamic Cultural Foundation Of America (ICFA)

Masjid Al-Muhajireen Wal-Ansar

Author: icfa (page 2 of 4)

Sahih Bukhari Volume 2, Book 24, Number 486 :

It was narrated by Abu Huraira .Allah’s Apostle said, “Whoever is made wealthy by Allah and does not pay the Zakat of his wealth, then on the Day of Resurrection his wealth will be made like a bald-headed poisonous male snake with two black spots over the eyes. The snake will encircle his neck and bite his cheeks and say, ‘I am your wealth, I am your treasure.’ ” Then the Prophet recited the holy verses:– ‘Let not those who withhold . . .’ (to the end of the verse). (3.180).Sahih Bukhari

Sahih Bukhari Volume 1, Book 10, Number 504 :

 

Narrated by Ibn Mas’ud

A man kissed a woman (unlawfully) and then went to the Prophet and informed him. Allah revealed: And offer prayers perfectly At the two ends of the day And in some hours of the night (i.e. the five compulsory prayers). Verily! good deeds remove (annul) the evil deeds (small sins) (11.114). The man asked Allah’s Apostle, “Is it for me?” He said, “It is for all my followers.”Sahih Bukhari.

spiritualites vivantes

article”… Prodige ! Une jeune gazelle voilée
Montrant de son doigt pourpré et faisant signe de ses paupières!
Son champ est entre côtes et entrailles,
O merveille, un jardin parmi les flammes !
Mon coeur devient capable de toute image:
Il est prairie pour les gazelles, couvent pour les moines,
Temple pour les idoles, Mecque pour les pèlerins,
Tablettes de la Torah et livre du Coran.
Je suis la religion de l’amour, partout où se dirigent ses montures,
L’amour est ma religion et ma foi.
Ibn ‘Arabi (surnommé le souffre rouge, grand maître soufi andalou, auteur des Futûhât(illumination) de la Mecque (al-futûhât al-moulkiya wa al-mâlikiya)

                                                
«J’ai peur de la mort»,
disaient les oiseaux.
«La mort peut-elle exister
pour celui dont le cœur est uni à Dieu ?»
répondait la huppe.
« Mon cœur est uni à Lui,
ainsi le temps et la mort n’existent plus pour moi.
Car la mort est la rupture du temps,
et le temps naît de notre attachement
aux choses qui périssent. »
‘Attâr,
Poète(maître) mystique persan (Xlle et XIIIe s.)

                                                  ________________________________________________
Dieu a caché la mer et montré l’écume
il a caché le vent et montré la poussière…
Comment la poussière pourrait-elle s’élever d’elle-même ?.
Tu vois pourtant la poussière, et pas le vent.
Comment l’écume pourrait-elle sans la mer se mouvoir?
Mais tu vois l’écume et pas la mer.
Djalâl Al-Din Ar-Rûmî
Maître et poète mystique soufi (Turquie) : (XIIème s.) (Fondateur de la Mawlawiya)

icfaonline@gmail.com

Sahih Bukhari Volume 1, Book 10, Number 502 :

 

It was narrated by Jarir Bin’ Abdullah . “I gave the pledge of allegiance to Allah’s Apostle for to offer prayers perfectly, to pay Zakat regularly, and to give good advice to every Muslim”. Sahih Bukhari

Sahih Bukhari Volume 1, Book 3, Number 103 :

 

Narrated by Ibn Abu Mulaika :   “Whenever ‘Aisha (the wife of the Prophet) heard anything which she did not understand, she used to ask again till she understood it completely. Aisha said: “Once the Prophet said, “Whoever will be called to account (about his deeds on the Day of Resurrection) will surely be punished.” I said, “Doesn’t Allah say: “He surely will receive an easy reckoning.” (84.8) The Prophet replied, “This means only the presentation of the accounts but whoever will be argued about his account, will certainly be ruined.”Sahih Bukhari.

 

The Tafsir of Surah Tabbat (Chapter – 111) Which was revealed in Makkah

images

 

 

﴿بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَـنِ الرَّحِيمِ ﴾

 

In the Name of Allah, the Most Gracious, the Most Merciful.

﴿تَبَّتْ يَدَآ أَبِى لَهَبٍ وَتَبَّ – مَآ أَغْنَى عَنْهُ مَالُهُ وَمَا كَسَبَ – سَيَصْلَى نَاراً ذَاتَ لَهَبٍ – وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ – فِى جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ ﴾

(1. Perish the two hands of Abu Lahab and perish he!) (2. His wealth and his children will not benefit him!) (3. He will enter a Fire full of flames!) (4. And his wife too, who carries wood.) (5. In her neck is a twisted rope of Masad.

 

The Reason for the Revelation of this Surah and the Arrogance of Abu Lahab toward the Messenger of Allah. 
Al-Bukhari recorded from Ibn `Abbas that the Prophet went out to the valley of Al-Batha and he ascended the mountain. Then he cried out,

«يَا صَبَاحَاه»

(O people, come at once!) So the Quraysh gathered around him. Then he said,

«أَرَأَيْتُمْ إِنْ حَدَّثْتُكُمْ أَنَّ الْعَدُوَّ مُصَبِّحُكُمْ، أَوْ مُمَسِّيكُمْ أَكُنْتُمْ تُصَدِّقُونِّي»

؟ (If I told you all that the enemy was going to attack you in the morning, or in the evening, would you all believe me) They replied, “Yes.” Then he said,

«فَإِنِّي نَذِيرٌ لَكُمْ بَيْنَ يَدَيْ عَذَابٍ شَدِيد»

(Verily, I am a warner (sent) to you all before the coming of a severe torment.) Then Abu Lahab said, “Have you gathered us for this May you perish!” Thus, Allah revealed,

﴿تَبَّتْ يَدَآ أَبِى لَهَبٍ وَتَبَّ ﴾

(Perish the two hands of Abu Lahab and perish he!) to the end of the Surah. In another narration it states that he stood up dusting of his hands and said, “Perish you for the rest of this day! Have you gathered us for this” Then Allah revealed,

﴿تَبَّتْ يَدَآ أَبِى لَهَبٍ وَتَبَّ ﴾

(Perish the two hands of Abu Lahab and perish he!) The first part is a supplication against him and the second is information about him. This man Abu Lahab was one of the uncles of the Messenger of Allah.His name was `Abdul-`Uzza bin Abdul-Muttalib. His surname was Abu `Utaybah and he was only called Abu Lahab because of the brightness of his face. He used to often cause harm to the Messenger of Allah . He hated and scorned him and his religion. Imam Ahmad recorded from Abu Az-Zinad that a man called Rabi`ah bin `Abbad from the tribe of Bani Ad-Dil, who was a man of pre-Islamic ignorance who accepted Islam, said to him, “I saw the Prophet in the time of pre-Islamic ignorance in the market of Dhul-Majaz and he was saying,

«يَا أَيُّهَا النَّاسُ، قُولُوا: لَا إِلهَ إِلَّا اللهُ تُفْلِحُوا»

(O people! Say there is no god worthy of worship except Allah and you will be successful.) The people were gathered around him and behind him there was a man with a bright face, squint (or cross) eyes and two braids in his hair. He was saying, “Verily, he is an apostate (from our religion) and a liar!” This man was following him (the Prophet ) around wherever he went. So, I asked who was he and they (the people) said, “This is his uncle, Abu Lahab.” Ahmad also recorded this narration from Surayj, who reported it from Ibn Abu Az-Zinad, who reported it from his father (Abu Zinad) who mentioned this same narration. However in this report, Abu Zinad said, “I said to Rabi`ah, `Were you a child at that time’ He replied, `No. By Allah, that day I was most intelligent, and I was the strongest blower of the flute (for music).”’ Ahmad was alone in recording this Hadith. Concerning Allah’s statement,

﴿مَآ أَغْنَى عَنْهُ مَالُهُ وَمَا كَسَبَ ﴾

(His wealth and his children (Kasab) will not benefit him!) Ibn `Abbas and others have said,

﴿وَمَا كَسَبَ﴾

(and his children (Kasab) will not benefit him!) “Kasab means his children.” A similar statement has been reported from `A’ishah, Mujahid, `Ata’, Al-Hasan and Ibn Sirin. It has been mentioned from Ibn Mas`ud that when the Messenger of Allah called his people to faith, Abu Lahab said, “Even if what my nephew says is true, I will ransom myself (i.e., save myself) from the painful torment on the Day of Judgement with my wealth and my children.” Thus, Allah revealed,

﴿مَآ أَغْنَى عَنْهُ مَالُهُ وَمَا كَسَبَ ﴾

(His wealth and his children will not benefit him!) Then Allah says,

﴿سَيَصْلَى نَاراً ذَاتَ لَهَبٍ ﴾

(He will enter a Fire full of flames!) meaning, it has flames, evil and severe burning.

 

﴿وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ ﴾

(And his wife too, who carries wood.) His wife was among the leading women of the Quraysh and she was known as Umm Jamil. Her name was `Arwah bint Harb bin Umayyah and she was the sister of Abu Sufyan. She was supportive of her husband in his disbelief, rejection and obstinacy. Therefore, she will be helping to administer his punishment in the fire of Hell on the Day of Judgement. Thus, Allah says,

﴿وَامْرَأَتُهُ حَمَّالَةَ الْحَطَبِ – فِى جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ ﴾

(Who carries wood. In her neck is a twisted rope of Masad.) meaning, she will carry the firewood and throw it upon her husband to increase that which he is in (of torment), and she will be ready and prepared to do so.

﴿فِى جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ ﴾

(In her neck is a twisted rope of Masad.) Mujahid and `Urwah both said, “From the palm fiber of the Fire.” Al-`Awfi narrated from Ibn `Abbas, `Atiyah Al-Jadali, Ad-Dahhak and Ibn Zayd that she used to place thorns in the path of the Messenger of Allah . Al-Jawhari said, “Al-Masad refers to fibers, it is also a rope made from fibers or palm leaves. It is also made from the skins of camels or their furs. It is said (in Arabic) Masadtul-Habla and Amsaduhu Masadan, when you tightly fasten its twine.” Mujahid said,

﴿فِى جِيدِهَا حَبْلٌ مِّن مَّسَدٍ ﴾

(In her neck is a twisted rope of Masad.) “This means a collar of iron.” Don’t you see that the Arabs call a pulley cable a Masad.

 

A Story of Abu Lahab’s Wife harming the Messenger of Allah  
Ibn Abi Hatim said that his father and Abu Zur`ah both said that `Abdullah bin Az-Zubayr Al-Humaydi told them that Sufyan informed them that Al-Walid bin Kathir related from Ibn Tadrus who reported that Asma’ bint Abi Bakr said, “When

﴿تَبَّتْ يَدَآ أَبِى لَهَبٍ﴾

(Perish the two hands of Abu Lahab and perish he)!) was revealed, the one-eyed Umm Jamil bint Harb came out wailing, and she had a stone in her hand. She was saying, `He criticizes our father, and his religion is our scorn, and his command is to disobey us.’ The Messenger of Allah was sitting in the Masjid (of the Ka`bah) and Abu Bakr was with him. When Abu Bakr saw her he said, `O Messenger of Allah! She is coming and I fear that she will see you.’ The Messenger of Allah replied,

«إِنَّهَا لَنْ تَرَانِي»

(Verily, she will not see me.) Then he recited some of the Qur’an as a protection for himself. This is as Allah says,

﴿وَإِذَا قَرَأْتَ الْقُرءَانَ جَعَلْنَا بَيْنَكَ وَبَيْنَ الَّذِينَ لاَ يُؤْمِنُونَ بِالاٌّخِرَةِ حِجَابًا مَّسْتُورًا ﴾

(And when you recite the Qur’an, We put between you and those who believe not in the Hereafter, an invisible veil.) (17:45) So she advanced until she was standing in front of Abu Bakr and she did not see the Messenger of Allah . She then said, `O Abu Bakr! Verily, I have been informed that your friend is making defamatory poetry about me.’ Abu Bakr replied, `Nay! By the Lord of this House (the Ka`bah) he is not defaming you.’ So she turned away saying, `Indeed the Quraysh know that I am the daughter of their leader.”’ Al-Walid or another person said in a different version of this Hadith, “So Umm Jamil stumbled over her waist gown while she was making circuits (Tawaf) around the House (the Ka`bah) and she said, `Cursed be the reviler.’ Then Umm Hakim bint `Abdul-Muttalib said, `I am a chaste woman so I will not speak abusively and I am refined so I do not know. Both of us are children of the same uncle. And after all the Quraysh know best.” This is the end of the Tafsir of this Surah, and all praise and blessings are due to Allah.

 

 

Tafsir Ibn Kathir

 

Sahih Bukhari Volume 1, Book 2, Hadith Number 8 :

 

It was narrated by Abu Huraira  “The Prophet said, “Faith (Belief) consists of more than sixty branches (i.e. parts). And Haya (This term “Haya” covers a large number of concepts which are to be taken together; amongst them are self respect, modesty, bashfulness, and scruple, etc.) is a part of faith.” Sahih Bukhari

WHAT IS IMAN AND WHAT ARE ITS CHARACTERISTICS

screen_shot_2012-05-03_at_35840_am1336042728866

Abu Huraira reported: One day the Messenger of Allah (may peace be upon him) appeared before the public that a man came to him and said: Prophet of Allah, (tell me) what is Iman. Upon this he (the Holy Prophet) replied: That you affirm your faith in Allah, His angels, His Books, His meeting, His Messengers and that you affirm your faith in the Resurrection hereafter. He (again) said: Messenger of Allah, (tell me) what does al-Islam signify. He (the Holy Prophet) replied: Al-Islam signifies that you worship Allah and do not associate anything with Him and you establish obligatory prayer and you pay the obligatory poor-rate (Zakat) and you observe the fast of Ramadan. He (the inquirer) again said: Messenger of Allah, what does al-Ihsan imply ? He (the Holy Prophet) replied: That you worship Allah as if you are seeing Him, and in case you fail to see Him, then observe prayer (with this idea in your mind) that (at least) He is seeing you. He (the inquirer ) again said: Messenger of Allah, when would there be the hour (of Doom) ? He (the Holy Prophet) replied: The one who is asked about it is no better informed than the inquirer. I, however, narrate some of its signs (and these are): when the slave-girl will give birth to he master, when the naked, barefooted would become the chiefs of the people – these are some of the signs of (Doom). (Moreover) when the shepherds of the black (camels) would exult themselves in buildings, this is one of the signs of (Doom). (Doom) is one of the five (happenings wrapped in the unseen) which no one knows but Allah. Then he (the Messenger of Allah) recited (the verse) : “Verily Allah! with Him alone is the knowledge of the hour and He it is Who sends (down the rain) and knows that which is in the wombs and no person knows whatsoever he shall earn tomorrow, and a person knows not in whatsoever land he shall die. Verily Allah is Knowing, Aware . He (the narrator, Abu Huraira) said: Then the person turned back and went away. The Messenger of Allah (may peace be upon him) said: Bring that man back to me. They (the Companions of the Holy Prophet present there) went to bring him back, but they saw nothing there. Upon this the Messenger of Allah remarked : he was Gabriel, who came to teach the people their religion.”

Sahih Muslim, Book 1, Number 0004:

Have you ever wondered what would have happened if we dealt with the Qur’an, in such a way we are dealing with our mobile phones or with computers?

 icfaQuran
Have you ever wondered what would have happened if we
dealt with the Qur’an, in such a way we are dealing with our
mobile phones or with computers?
What if we can carry it with us wherever we go …. In our
bags and our pockets?

What if we looked at the pages several times a day?
What if we went back to take it if forgotten?
What if we made it as if we can not live without it
– And we really re

ally cannot live without it
What if we give it to our children as a gift??
What if we read it while travelling??? ✈
What happens if we made it a priority everyday??
Let our logo be
” Qur’an my friend”
If you are of the 7% who are defending Quran … Re- send the
message to the largest possible number
93% of the people will not re-send the message ..
Hard reality
Think .. Even once .. (Day of Judgment)
Daily opened messages from friends .. But how many times do we
open the Qur’an and read messages sent from God “❔ ✨If you love your friends actually send this reminder to them!!!
Scientifically proven ..
To listen to the Qur’an reduces the prevalence of
Cancerous cells in the human body and even destroys it.
The prolongation of prostration strengthens memory
and prevents stroke.
Prostration removes positive charges in the body because
the negative ground shipments.

Satan said,
Wonder if humans
Love God and disobey him and they hate me and obey me
Will take sixty seconds of your time just pass and let’s see
Advice ⚠ ❕
Do not send later. Send it now.
May Allah grant success to every one who reads it and sends it. A’MEEN.

Les Preuves Incontestables qu’il est Permis de Commémorer la Naissance de la Meilleure des Créatures, le Prophète MouHammad Mawlid

Les Preuves Incontestables qu’il est Permis de Commémorer la Naissance de la Meilleure des Créatures, le Prophète MouHammad Mawlid

screen_shot_2012-05-03_at_35840_am1336042728866

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

Mosquée du Prophète Masjid NabawiLa louange est à Allâh Qui nous a envoyé celui qui a instauré la vérité comme tradition, Qui nous a indiqué ce qui est bon parmi les innovations, et que l’honneur et l’élévation en degré soient accordés à celui qui a une belle voix et un beau visage, Abou l-Qacim, le grand-père de Al-Haçan et de Al-Houçayn.

Nous allons maintenant vous exposer les raisons pour lesquelles il est permis de commémorer la Naissance honorée du Messager, le Mawlid et que cela comporte une grande récompense. Ainsi, nous affirmons, totalement confiants en Allâh :

L’innovation (al-bid^ah) dans la langue, c’est ce qui a été instauré sans équivalent antérieur. Selon la Loi maintenant, c’est ce qui est instauré (al-mouHdath) sans avoir fait l’objet d’un texte, ni dans le Qour’ân ni dans le Hadîth.

La preuve sur l’existence de la bonne innovation à partir du Qour’an honoré.

La preuve à partir du Qour’ân honoré au sujet de la bonne innovation, c’est la parole de Allâh ta^âlâ concernant l’éloge des croyants de la communauté de ^Içâ ^alayhi s-salAm :

{ وَجَعَلْنَا في قُلُوبِ الَّذِينَ اتَّبَعُوهُ رَأْفَةً وَرَحْمَةً وَرَهْبَانِيَّةً ابْتَدَعُوهَا مَا كَتَبْنَاهَا عَلَيْهِمْ إِلاَّ ابْتِغَاءَ رِضْوَانِ اللهِ }

(wa ja^alnâ fI qoulOubi l-ladhîna t-taba^Ouhou ra’fatan wa raHmatan wa rahbAniyyatan ibtada^Ouhâ mA katabnâhâ ^alayhim ‘illa btighâ’a riDwAni l-LAh )

Ce qui signifie : « Nous avons créé dans les cœurs de ceux qui l’ont suivi une bienveillance, une miséricorde et un monachisme qu’ils ont innové ; Nous ne le leur avons pas ordonné ; ils ne l’ont fait que par recherche de l’agrément de Allâh », [sôurat Al-Hadîd / 27].

Allâh fait l’éloge des musulmans qui suivaient la Loi de Jésus, ^Içâ ^alayhi s-salAm parce qu’ils étaient des gens miséricordieux et qu’ils avaient de la compassion, et parce qu’ils ont innové ce monachisme (ar-rahbAniyyah) qui consiste à couper court aux désirs pourtant permis au-delà de l’abandon des péchés. Ils en arrivèrent au point de ne plus se marier, de délaisser les jouissances permises telles que les plaisirs de la table et les habits luxueux et ils se sont consacrés totalement à l’au-delà. Ils ont innové quelque chose que ^Içâ ^alayhi s-salAm ne leur a jamais prescrite. Allâh a fait leur éloge pour ce monachisme.

Quant à la parole de Allâh ta^âlâ dans la suite de la ‘Ayah 27 de sOurat Al-Hadîd :

{ فَمَا رَعَوْهَا حَقَّ رِعَايَتِهَا }

(famA ra^awhâ Haqqa ri^Ayatihâ)

Il ne s’agit pas d’un blâme envers eux ni envers le monachisme qu’ils ont innové. Il ne s’agit pas d’un blâme envers ces croyants véridiques mais d’un blâme envers ceux qui sont venus après eux et qui ont prétendu les imiter dans le refrènement des désirs tout en adorant autre que Allâh, à savoir en adorant ^Içâ ^alayhi s-salAm ainsi que sa mère.

La preuve sur l’existence de la bonne innovation à partir de la Sounnah prophétique pure.

 C’est la parole du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىءٌ، وَمَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً سَيِّئَةً كَانَ عَلَيْهِ وِزْرُهَا وَوِزْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا مِنْ بَعْدِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أَوْزَارِهِمْ شَىءٌ »

(man sanna fi l-’islAmi sounnatan haçanatan fa lahOu ‘ajrouhâ wa ‘ajrou man ^amila bihâ ba^dahou min ghayri ‘an yanqouSa min ‘oujourihim chay’, wa man sanna fi l-‘islAmi sounnatan sayyi’atan kAna ^alayhi wizrouhâ wa wizrou man ^amila bihâ min ba^dihi min ghayri ‘an yanqouSa min ‘awzArihim chay’ )

ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition(sounnah Haçanah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que les gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Mais si quelqu’un instaure dans l’Islam une mauvaise tradition (sounnah sayyi’ah), il se chargera de son péché et sera chargé d’un péché chaque fois que des gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés », [Hadîth rapporté par Mouslim dans son SaHîh d’après le compagnon Jarîr ‘Ibnou ^Abdi l-LAh Al-Bajaliyy que Allâh l’agrée]. Par conséquent, nous apprenons à partir de ce Hadîth que c’est le Messager lui-même qui a enseigné à sa communauté que l’innovation est de deux sortes : une innovation d’égarement qui est la nouveauté qui contredit le Qour’ân et la Sounnah, et une innovation de bonne guidée qui est la nouveauté qui est conforme au Qour’ân et à la Sounnah.

Si l’on vient nous dire : (En fait, ça veut dire : si quelqu’un a instauré une nouveauté durant la vie du Messager de Allâh, pas après), la réponse à donner, c’est que « la restriction du sens d’un texte (al-khousousiyyah) n’est confirmée qu’à partir d’une preuve ». Voilà donc la réponse à donner à ceux qui prétendent que l’instauration d’une bonne innovation est valable uniquement durant la vie du Messager et pas après sa mort. En effet, la preuve indique ici le contraire de ce qu’ils prétendent, parce que le Messager n’a pas dit (Si quelqu’un instaure durant ma vie) mais il a dit ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam ».

Il n’a pas dit non plus « Si quelqu’un fait quelque chose que moi-même j’ai faite en la faisant revivre ». Par ailleurs l’Islam n’était pas limité à l’époque dans laquelle a vécu le Messager de Allâh. Il ne leur reste donc plus aucun argument en leur faveur.

S’ils prétendent par la suite que ce Hadîth a été dit en une occasion particulière lorsque des gens extrêmement pauvres, portant des guenilles indiquant leur extrême pauvreté, vinrent et que le visage du Messager changea à leur vue. Les gens ont alors fait des aumônes jusqu’à ce qu’ils parviennent à collecter pour eux une belle quantité de biens, le visage du Messager de Allâh est alors devenu encore plus radieux et il a dit :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىءٌ »

ce qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition(sounnah Haçanah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que les gens la referont après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses ».

La réponse à donner, c’est que « la question tient dans la généralité du terme et non dans la spécificité de l’occasion » c’est-à-dire : ce qui est à prendre en compte c’est la généralité et la globalité du terme du Hadîth (^oumOumou l-lafDH) et non la particularité de la cause pour laquelle ce Hadîth a été énoncé, (khouSOuSou s-sabab) tout comme l’ont décrété les savants spécialistes des fondements (al-‘ouSOul ).

La preuve de l’existence de la bonne innovation à partir des paroles et des actes des Califes bien guidés.

Les Califes bien guidés ont innové des choses que le Messager Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam  n’a jamais faites et qu’il n’a jamais ordonné de faire mais qui pourtant restent conformes au Qour’ân et à la Sounnah. Ils furent donc des guides pour nous en cela. Voici par exemple AbOu Bakr AS-Siddîq qui rassemble le Qour’ân en l’appelant MouS-Haf. Voici ^Oumar Ibnou l-KhaTTAb que Allâh l’agrée qui réunit les gens pour faire les tarAwIH derrière un seul imam. Il dit en les voyant faire :

« نِعْمَتِ البِدْعَةُ هَذِهِ »

(ni^mati l-bid^atou hâdhih)

c’est-à-dire : « Quelle bonne innovation que celle-ci ! ». Voici ^OuthmAn Ibnou ^Affân qui ordonne que l’on fasse un appel à la prière supplémentaire pour la prière de la joumou^ah. Voici l’Imam ^Aliyy, on ajoute les points sur et sous les lettres du MouS-Haf au temps de son califat à l’initiative d’un successeur des compagnons nommé YaHyâ Ibnou Ya^mar. Et voici ^Oumar Ibnou ^Abdi l-^AzIz qui édifie les miHrAb et les minarets pour les mosquées. Tout cela n’existait pas à l’époque du Messager de Allâh ! Ce sont des choses totalement nouvelles ! Ceux qui interdisent de commémorer le Mawlid de nos jours, vont-ils interdire toutes ces choses-là sous prétexte qu’elles n’existaient pas à l’époque du Messager de Allâh ou bien vont-ils être arbitraires en rendant certaines choses licites et en rendant certaines autres interdites sans preuve aucune ?! C’est pourtant bien ce qu’ils ont fait puisqu’ils ont interdit le Mawlid et ont autorisé la ponctuation des lettres dans les livres du Qour’ân, tout comme le tachkIl des lettres, c’est-à-dire les fat-Hah, les Dammah, les kasrah et les tanwIn. Ils ont autorisé beaucoup de choses que le Messager de Allâh n’a jamais faites comme les calendriers par exemple ; les calendriers qui indiquent les horaires des prières ne sont apparus pour la première fois qu’il y a environ trois cents ans. Or eux-mêmes y travaillent et les diffusent dans la population.

La preuve de l’existence de la bonne innovation à partir des paroles des savants du Salaf.

L’Imam Ach-Châfi^iyy que Allâh l’agrée a dit :

« اَلْمُحْدَثَاتُ مِنَ الأُمُورِ ضَرْبَانِ أَحَدُهُمَا مَا أُحْدِثَ مِمَّا يُخَالِفُ كِتَابًا أَوْ سُنَّةً أَوْ إِجْماعًا أَوْ أَثَرًا فَهَذِهِ البِدْعَةُ الضَّلالَةُ والثَّانِيَةُ ما أُحْدِثَ مِنَ الْخَيْرِ وَلا يُخَالِفُ كِتابًا أَوْ سُنَّةً أَوْ إِجْماعًا وهَذِهِ مُحْدَثَةٌ غَيْرُ مَذْمُومَةٍ »

(al-mouHdathâtou mina l-‘oumOuri DarbAni ‘aHadouhoumA mA ‘ouHditha mimmA youkhâlifou kitAban ‘aw sounnatan ‘aw ‘ijmA^an ‘aw ‘atharan fahâdhihi l-bid^atou D-DalAlah ; wa th-thâniyatou mA ‘ouHditha mina l-khayri wa lA youkhâlifou kitAban ‘aw sounnatan ‘aw ‘ijmA^an wa hâdhihi mouHdathatoun ghayrou madhmOumah)

[rapporté par Al-Bayhaqiyy avec une chaîne de transmission sûre dans le livre « Manâqibou ch-Châfi^iyy »] ce qui signifie : « Les nouveautés parmi les choses sont de deux sortes : l’une, c’est ce qui est innové et qui contredit le Livre, la Sounnah, les textes des  prédécesseurs parmi les compagnons ou l’Unanimité. Celle-là est l’innovation d’égarement. La deuxième, c’est ce qui est innové et qui fait partie des bonnes choses, qui ne comporte pas de contradiction avec aucun de ceux-là et cette nouveauté-ci n’est pas blAmable ». Il est connu que les mouHaddith ont été unanimes à dire que Ach-Châfi^iyy est celui qui est visé par la parole du Prophète :

« عَالِمُ قُرَيْشٍ يَمْلأُ طِبَاقَ الأَرْضِ عِلْمًا »

(^Alimou Qouraychin yamla’ou tibAqa l-‘arDi ^ilmA)

[Hadîth rapporté par At-Tirmidhiyy] qui signifie : « Viendra le savant de Qouraych qui remplira les contrées de la terre de Science ». Quant à Al-Bayhaqiyy il fait partie des sept HAfiDH au sujet desquels les avis ont concordé sur leur statut de ^adl.

Le Mawlid est une manifestation de reconnaissance envers Allah ta^âlâ pour nous avoir envoyé Mouhammad en ce mois et ce n’est en rien une adoration qui serait vouée à Mouhammad.

Nous, musulmans, nous n’adorons pas MouHammad ! Nous n’adorons rien d’autre que Allâh. Mais nous glorifions MouHammad plus que tout autre prophète, plus que les anges. De plus, nous glorifions tous les prophètes et nous n’adorons aucun d’entre eux. Nous n’adorons pas MouHammad, nous n’adorons aucun ange, ni aucun astre, ni le soleil ni la lune. Pour nous, la soumission extrême n’est vouée uniquement qu’à Allâh. Nous ne posons nos fronts au sol et nous ne glorifions que Allâh.  L’extrême soumission, voilà ce qu’est l’adoration. Nous ne faisons pas cela pour notre maître MouHammad ; nous, notre adoration n’est vouée qu’à Allâh. Nous, nous n’adorons pas MouHammad mais nous considérons que MouHammad est celui qui appelle à l’adoration de Allâh. Il a guidé les gens et mérite d’être glorifié mais d’une glorification en deçà de l’adoration. Allâh ta^âlâ fait l’éloge de ceux qui ont cru en lui, qui l’ont glorifié, Allâh ^azza wa jall dit :

{ فَالَّذِينَ ءَامَنُوا بِهِ وَعَزَّرُوهُ وَنَصَرُوهُ وَٱتَّبَعُوا النُّورَ الَّذي أُنْزِلَ مَعَهُ أُولَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ }

[سورة الأعراف/157]

(fa l-ladhîna ‘AmanOu bihi wa ^azzarOuhou wa naSarOuhou wa t-taba^ou n-nOura l-ladhî ‘ounzila ma^ahou ‘oulA’ika houmou l-mouflihoun)

ce qui signifie : « Ceux qui ont cru en lui et l’ont glorifié, qui l’ont soutenu et ont suivi la bonne guidée qui a été révélée avec lui, ceux-là sont ceux qui réussiront ».

Le Mawlid représente un rassemblement fondé sur l’obéissance à Allâh. C’est un rassemblement fondé sur l’amour de Allâh et l’amour du Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam. Ce rassemblement comporte l’évocation de Allâh, l’évocation d’une partie de la biographie du Messager de Allâh, de son ascendance honorée Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam, la mention de certains de ses traits de caractères et de ses caractéristiques physiques. Ce rassemblement est aussi l’occasion de distribuer de la nourriture par recherche de l’agrément de Allâh tabAraka wa ta^âlâ. Allâh ta^âlâ dit :

{  وَيُطْعِمُونَ الطَّعَامَ عَلَى حُبِّهِ مِسْكِينًا وَيَتِيمًا وَأَسِيرًا }

 [سورة الإنسان/8]

(wa youT^imOuna T-Ta^Ama ^alA Houbbihi miskInan wa yatIman wa ‘acîrA)

ce qui signifie : « Ils préfèrent donner leur nourriture aux pauvres, aux orphelins et aux captifs ». Après tout cela, comment quelqu’un qui prétend avoir des connaissances peut-il oser interdire de commémorer le Mawlid qui est fait par réjouissance de la naissance du Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ?!

Les références auxquelles le Hafidh Ibnou Hajar a trouvé des chaînes de transmission dans la Sounnah sur la permission d’organiser le Mawlid.

Dans son livre « Al-HAwI li l-FatAwi » tome 1, de la page 189 à la page 197, d’après ce qu’a rapporté Ibnou l-^AbbAs que Allâh les agrée lui et son père, il a dit : lorsque le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam est arrivé à Médine il a trouvé les juifs en train de jeûner le jour de ^AchOurA’. Quand on les a interrogés à ce sujet, ils ont répondu : (C’est le jour durant lequel Allâh a donné la victoire à MOuçâ et aux fils de IsrA’Il sur Pharaon. Et nous, nous jeûnons ce jour-là pour le glorifier). C’est alors que Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى »

(naHnou ‘awlA bi MOuçâ)

ce qui signifie : « Nous sommes prioritaires sur vous pour suivre MOuça». C’est-à-dire que nous sommes musulmans alors que vous ne l’êtes plus. Le Prophète a ordonné de jeûner ce jour d’un ordre qui indique le caractère recommandé. On déduit à partir de ce Hadîth qu’il est permis d’accomplir un acte d’adoration pour remercier Allâh, pour une grAce qu’Il nous a accordée en un jour particulier, suite à un bienfait qui nous est parvenu ou à une épreuve dont nous avons été délivrés, et qu’il est permis de répéter cet acte d’adoration et de remerciement chaque année, à la date anniversaire correspondant à ce jour-là. Le remerciement de Allâh a lieu par différentes sortes d’adoration comme la prosternation, le jeûne, l’aumône ou la récitation. Et quelle plus grande grAce que la grAce de l’apparition du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ?!

Les références auxquelles le Hafidh As-Souyoutiyy a trouvé des chaînes de transmission dans la Sounnah sur la permission d’organiser le Mawlid.

Dans son épitre « Housnou l-Maqsid fI ^Amali l-Mawlid », lorsque le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a été interrogé sur la raison de son jeûne du lundi, il a répondu ^alayhi S-SalAtou wa s-salAm :

« ذَاكَ يَوْمٌ وُلِدْتُ فِيهِ وَفِيهِ أُنْزِلَ عَلَيَّ »

(dhâka yawmoun woulidtou fIhî wa fIhî ‘ounzila ^alayy)

ce qui signifie : « C’est en ce jour que je suis né et en ce jour que j’ai reçu la révélation ». Dans ce Hadîth il y a l’indication qu’il est recommandé de jeûner les jours durant lesquels Allâh a fait grAce d’un bienfait à Ses esclaves. Et parmi les grAces les plus éminentes que Allâh nous ait accordées, c’est de l’avoir fait naItre Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam, et de nous l’avoir envoyé en tant que Messager. La preuve à cela est Sa parole ta^âlâ :

{ لَقَدْ مَنَّ اللهُ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ إِذْ بَعَثَ فِيهِمْ رَسُولاً مِنْ أَنْفُسِهِمْ }

[سورة ءال عمران/164 ]

(laqad manna l-Lâhou ^ala l-mou’minIna ‘idh ba^atha fIhim raçOulan min ‘anfoucihim)

qui signifie : « Allâh a accordé une grâce aux croyants car Il a envoyé un messager, un homme d’entre eux ». Le HAfiDH As-Souyoutiyy a dit dans son épitre, sa Riçâlah : « L’Imam des HAfiDH ‘Abou l-FaDl AHmad ‘Ibnou Hajar a extrait des chaines de transmission à partir de la Sounnah pour prouver la validité du Mawlid. Quant à moi j’en ai extrait une autre… » Fin de citation.

Le Mawlid est une bonne sounnah, une bonne tradition, et les premiers à l’avoir instaurée sont les musulmans comme on l’a dit et ce ne sont pas de gens qui fêtaient sa mort Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam comme certains le prétendent.

Les spécialistes des chaines de transmission du Hadîth (Houffadh) ainsi que les savants spécialistes de l’histoire, des biographies et autres, ont mentionné que celui qui a innové le Mawlid c’est le roi Al-MouDHaffar qui gouvernait ‘Irbil. Il était scrupuleux, vertueux, savant et courageux, il avait un souci particulier pour la défense de cette religion, c’était un héros et il est mort en faisant le siège des croisés à ^AkkA. Il fut donc le premier à commémorer le Mawlid. Par la suite, les savants, les faqIh eurent des avis en concordance avec le sien, jusqu’aux savants des autres pays, qu’il ne gouvernait pas. C’est ce qu’a cité le HAfiDH As-Souyoutiyy dans son livre Al-‘AwA’il et les musulmans en sont restés sur cette tradition depuis huit siècles jusqu’à nos jours. Or toute chose qui a été approuvée et appréciée par les savants de la communauté de MouHammad, et sur laquelle les avis ont concordé est obligatoirement une bonne chose ! Et toute chose que les savants de la communauté de MouHammad ont dépréciée est obligatoirement mauvaise. Il est en effet connu que les savants de la communauté de MouHammad ne seront jamais en concordance sur un égarement en raison du Hadîth rapporté par Ibnou MAjah dans ses Sounan :

« إِنَّ أُمَّتي لاَ تَجْتَمِعُ عَلَى ضَلاَلَةٍ »

(‘inna ‘oummatî lA tajtami^ou ^alA DalAlah)

qui signifie : « Ma communauté ne sera jamais unanime sur un égarement ».

Le Mawlid est une bonne tradition et on ne dit pas que si cela avait été quelque chose de bien, le Messager aurait indiqué à sa communauté de le faire.

En effet : constituer le recueil du MouS-Haf, ponctuer les lettres, mettre le tachkIl avec les fat-Hah, les Dammah, les kasrah et les tanwIn, tout cela est un acte de bien alors que le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ne l’a pas indiqué formellement et ne l’a jamais fait lui-même. Ceux qui interdisent de commémorer le Mawlid sous prétexte que si c’était quelque chose de bien, le Messager nous l’aurait indiquée, eux-mêmes utilisent le tachkIl c’est-à-dire les Harakah sur les lettres du MouS-Haf et ils les écrivent avec les points ! Alors de deux choses l’une : soit ils vont dire que la ponctuation et le tachkIl du MouS-Haf ne sont pas des actes de bien parce que le Messager ne les a pas faits et n’a pas indiqué à sa communauté de le faire, alors que eux-mêmes le font, soit ils vont dire que la ponctuation et le tachkIl sur les lettres du MouS-Haf sont des actes de bien, même si le Messager ne l’a pas fait et ne l’a pas indiqué à sa communauté, et c’est pour cela qu’ils le font. Dans les deux cas ils se contredisent eux-mêmes !!!

Le Mawlid est une bonne sounnah et on ne dit pas : (le Messager ne l’a pas faite donc nous ne le faisons pas) en prétendant trouver un argument dans la parole de Allah ta^âlâ :

{ وَمَا ءَاتَاكُمُ الرَّسُولُ فَخُذُوهُ وَمَا نَهَاكُمْ عَنْهُ فَٱنْتَهُوا }

(wa mA ‘AtAkoumou r-RaçOulou fa khoudhOuhou wa mA nahâkoum ^anhou fa ntahOu)

Ce qui signifie : « Ce que le Messager vous a ordonné de faire, faites-le ; et ce qu’Il vous a interdit de faire, ne le faites pas ».

En effet, ce n’est pas toute chose que le Messager ne nous a pas ordonné  de faire sans nous l’interdire qui est forcément quelque chose d’interdit. Le Messager ne nous a pas ordonné de ponctuer le MouS-Haf et ne nous l’a pas interdit. Par conséquent, ce n’est pas interdit de le faire ! Également, le Mawlid du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam rentre dans le même cas. C’est le cas de tout acte conforme à la religion que le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ne nous a ni ordonné ni interdit de le faire : ce n’est pas interdit de le faire, car c’est quelque chose qui est conforme à sa religion Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam.

En résumé, tous les sujet de la religion ne nous sont pas parvenus par un texte clair, dans le Qour’ân ou dans le Hadîth. S’il n’y a pas de texte explicite, il appartient aux savants de la communauté qui sont moujtahid, ceux qui ont connaissance du Hadîth, d’extraire des choses conformes à sa religion Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam. Ceci est confirmé par sa parole  :

« مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا »

(man sanna fi l-‘islAmi sounnatan Haçanah fa lahou ‘ajrouhâ)

qui signifie : « Si quelqu’un instaure dans l’Islam une bonne tradition, il en aura la récompense ». On déduit de ce Hadîth que Allâh tabAraka wa ta^âlâ a autorisé les musulmans à innover dans la religion ce qui ne contredit pas le Qour’ân et le Hadîth, et c’est ce qui s’appelle une bonne tradition (sounnah Haçanah).

Le Mawlid est une bonne tradition et il n’est pas concerné par l’interdiction comprise à partir du Hadith du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam :

« مَنْ أَحْدَثَ في أَمْرِنَا هَذَا ما لَيْسَ مِنْهُ فَهُوَ رَدٌّ »

(man ‘ahdatha fi ‘amrina hâdha mA layça minhou fa houwa radd )

Ce qui signifie : « Si quelqu’un innove dans notre religion ce qui n’y est pas conforme, c’est rejeté ». En effet, le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam nous a indiqué que la nouveauté qui est rejetée, c’est celle qui n’est pas conforme à la Charî^ah (mA layça minh). C’est cette nouveauté-là, celle qui est en opposition avec la Charî^ah, qui est rejetée, alors que celle qui est conforme à la Charî^ah n’est pas rejetée. Le Messager n’a pas dit que celui qui innove dans notre religion quoi que ce soit, c’est rejeté ! Mais il a dit cette parole pour bien indiquer que la nouveauté qui est rejetée c’est celle qui n’est pas conforme à sa Loi (mA layça minh) alors que celle qui est conforme à la Loi est autorisée. C’est la nouveauté qui n’est pas conforme à la Loi qui est interdite. Étant donné que l’organisation du Mawlid, la commémoration de la naissance du Prophète, est quelque chose de méritoire selon les preuves textuelles parvenues dans le Qour’ân et la Sounnah, ce n’est pas quelque chose de rejeté.

Le Mawlid est une bonne sounnah et cela ne sous-entend pas que la religion ne serait pas accomplie et que se serait un démenti de la parole de Allah ta^âlâ :

{ اَلْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ }

 [سورة المائدة/2]

(al-yawma ‘akmaltou lakoum dînakoum)
[sOurat Al-MA’idah / ‘Ayah 2].

En réalité,  Al-QourToubiyy dans son « tafsIr », a dit que cette ‘Ayah veut dire que les règles de la religion sont accomplies. Il a dit : La majorité (al-joumhOur) a dit : Le sens qui est visé, c’est que la majorité des obligations, la majorité de ce qui est licite et de ce qui est interdit a été indiqué bien qu’après cette ‘Ayah aient été révélées beaucoup d’autres ‘Ayah dans le Qour’ân ! Il y a, entre autres, la ‘Ayah du gain usuraire (ar-ribA). Il y a aussi la ‘Ayah de la kalAlah et autres. Cette ‘Ayah n’est donc pas la dernière ‘Ayah qui a été révélée dans le Qour’ân. La dernière ‘Ayah qui a été révélée, c’est la parole de Allâh :

{ وَٱتَّقُواْ يَوْمًا تُرْجَعُونَ فيهِ إِلى اللهِ ثُمَّ تُوَفَّى كُلُّ نَفْسٍ مَا كَسَبَتْ وَهُمْ لاَ يُظْلَمُونَ }

(wa t-taqOu yawman tourja^Ouna fIhi ‘ila l-LAhi thoumma touwaffâ koullou nafsin mA kaçabat wa houm lA youDHlamOun)

[sOurat Al-Baqarah / ‘Ayah 285].

Ce qui signifie : « Craignez un jour dans lequel vous allez rendre des comptes et chaque âmes sera rétribuées en fonctions de ce qu’elle a acquis et ils ne subiront aucune injustice ». Al-QourToubiyy a cité cela dans son « tafsIr » d’après ‘Ibnou ^AbbAs que Allâh les agrée tous les deux.

Le Mawlid est une bonne tradition et il ne sous-entend aucune accusation envers le Messager de Allah qu’il aurait trahi sous prétexte qu’il n’aurait pas indiqué à sa communauté de commémorer le Mawlid, comme le prétendent ceux qui l’interdisent.

Si tout acte innové après le Messager, que le Prophète n’a pas indiqué  à sa communauté tout en étant conforme au Qour’ân et à la Sounnah, représentait une accusation de trahison envers le Messager, alors, selon la parole de ces gens-là, AbOu Bakr, ^Oumar, ^OuthmAn, ^Aliyy et ^Oumar ‘Ibnou ^Abdi l-^AzIz et une sélection des meilleurs des savants de la communauté auraient eux-mêmes accusé le Messager d’être un traitre ! En effet, ils ont innové eux-mêmes des choses qui sont conformes au Qour’ân et à la Sounnah et que le Messager n’a pas indiquées à sa communauté ! Quant à la prétendue argumentation, à partir de ce que vous attribuez à l’Imam MAlik, qu’il aurait dit que (si quelqu’un innove dans l’Islam une innovation qu’il considère bonne, il aura prétendu que MouHammad a trahi le message), cette prétendue argumentation s’appliquerait à plus forte raison aux mauvaises innovations, comme la croyance des assimilationnistes (at-tachbIh) et des anthropomorphes (at-tajsIm), et non pas au Mawlid et ce qui est de cet ordre. Par ailleurs, vous allez chercher des preuves dans la parole de l’Imam MAlik alors que par ailleurs vous le déclarez implicitement mécréant, même si expressément et explicitement vous ne le faites pas ! En effet, le Calife Al-ManSOur lorsqu’il s’est rendu à Médine a interrogé l’Imam MAlik : « Ô AbOu ^Abdi l-LAh, est-ce que je me dirige vers la Qiblah pour faire des invocations ou bien je me dirige vers le Prophète ? » L’Imam MAlik lui a dit : « Et pourquoi détournerais-tu ton visage de lui alors qu’il est ton intercesseur et l’intercesseur de ton père ‘Adam à Allâh ; dirige-toi vers lui et demande son intercession, Allâh le fera intercéder ». Pour vous, qui interdisez le Mawlid, tout ceci est du chirk, une forme d’association et un égarement clair ! Vous accusez les savants de la communauté d’être associateurs (mouchrikIn) et ensuite, vous allez chercher des arguments dans leurs propos !!!

Le Mawlid est une bonne sounnah, et on ne l’empêche pas sous prétexte que cela reviendrait à ressembler aux chrétiens dans leur commémoration de la naissance de ^Iça ^alayhi s-salam.

Si nous faisons quelque chose qui est conforme à la religion agréée par Allâh et qui est également pratiquée par des juifs et des chrétiens, cela nous est licite. Mais ce qu’ils font et qui n’est pas conforme à la religion agréée par Allâh, voilà ce qui est interdit. N’est-ce pas que lorsque le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a vu les juifs jeûner le jour de ^AchOurA’ quand il est arrivé à Médine, et qu’ils ont dit que c’est en ce jour que Allâh a fait que Pharaon se noie et qu’Il a donné la victoire à MOuçâ, le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسى مِنْكُم »

(naHnou ‘awlA bi MOuçâ minkoum)

il n’a pas dit : (ne jeûnez pas le jour de ^AchOurA’ parce que les juifs jeûnent, vous allez leur ressembler !!!). Au contraire, il a ordonné à sa communauté de jeûner ce jour, c’est-à-dire que nous glorifions ce jour-là tout comme les musulmans qui ont suivi MOuçâ ce jour-là l’ont glorifié.

Le Mawlid est une bonne tradition et si quelqu’un prétend qu’il est une condition que le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam l’ait lui-même commémoré pour qu’il soit permis de le faire, sa condition est infondée, nulle et non avenue.

En effet et de la même manière, la ponctuation des lettres dans le MouS-Haf est une bonne tradition et si quelqu’un pose comme condition qu’il faut que le Messager l’ait fait lui-même pour qu’il soit permis de le faire, sa condition est sans fondement, nulle et non avenue. Ces deux conditions n’ont aucune base dans la religion agréée par Allâh. Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

« كُلُّ شَرْطٍ لَيْسَ في كِتَابِ اللهِ تَعالى فَهُوَ بَاطِلٌ وَإِنْ كَانَ مِائَةَ شَرْطٍ »

(koullou charTin layça fI kitAbi l-LAhi ta^Ala fa houwa bATiloun wa ‘in kAna mi’ata charT)

Ce qui signifie : « Toute condition qui ne figure pas dans le livre de Allâh est infondée même s’il s’agit de cent conditions », [rapporté par Al-Bazzar d’après ‘Ibnou ^AbbAs que Allâh les agrée tous les deux].

Le Mawlid est une bonne tradition et ne rentre pas dans le cadre des innovations que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a interdites par sa parole :

« وَكُلُّ بِدْعَةٍ ضَلالَةٌ »

(wa koullou bid^atin DalAlah)

Le HAfiDH Al-^IrAqiyy dans sa « ‘Alfiyyah » a dit :

“وَخَيْرُ مَا فَسَّرْتَهُ بِالْوَارِدِ”

(wa khayrou mA fassartahou bi l-wAridi)

c’est-à-dire que la meilleure manière d’expliquer un Hadîth c’est par un autre Hadîth. D’autre part, les savants ont dit que la meilleure explication c’est d’expliquer le Hadîth par son contexte. Or le contexte du Hadîth est que le Messager a commencé en disant :

« فَإِنَّ أَحْسَنَ الْحَدِيثِ كِتَابُ اللهِ »

(fa ‘inna ‘aHsana l-Hadîthi kitAbou l-LAh)

cela veut dire que la meilleure des paroles c’est la parole de Allâh et il a dit :

« وَأَحْسَنَ الْهَدْيِ هَدْيُ مُحَمَّدٍ »

(wa ‘aHsana l-hadyi hadyou MouHammad)

cela veut dire que la meilleure des conduites c’est la conduite de MouHammad, puis il a dit :

« وَشَرَّ الأُمُورِ مُحْدَثَاتُهَا »

(wa charra l-‘oumOuri mouHdathâtouhâ)

cela veut dire que les pires des sujets sont les nouveautés qui ont contredit les meilleures des paroles et les meilleures des guidées, or il s’agit de l’innovation d’égarement. Il n’y a donc ici aucune allusion aux bonnes innovations dans le blâme qui est cité. An-Nawawiyy dans le CharH de SaHîH Mouslim, 6ème tome, en page 154, a dit : La parole du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam :

« وَكُلُّ بِدْعَةٍ ضَلالَةٌ »

wa koullou bid^atin DalAlah )

ici est un texte ^Amm makhsous, c’est-à-dire que l’expression est générale mais le sens qu’il vise est spécifique. Il a dit que ce qui en est visé c’est : la plupart des innovations sont de l’égarement ; et le fait que ce Hadîth soit ^Amm makhsous c’est-à-dire une expression générale avec une portée particulière et spécifique, n’empêche pas que le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ait insisté en utilisant le mot « koull », parce que même s’il utilise « koull », la spécification figure bien dans ce Hadîth. La preuve en est la parole de Allâh ta^Ala dans sourate Al-‘Ahqaf, Ayah 25 :

{ تُدَمِّرُ كُلَّ شَىءٍ }

(toudammirou koulla chay’)

[sourat al-AHqAf ‘Ayah 24]. Cette ‘Ayah a elle aussi une expression générale mais son sens est spécifique puisque le vent, dont il est question dans cette ‘Ayah, qui détruit toute chose, Allâh a fait qu’il souffle sur des mécréants du peuple de ^Ad. Le vent les a anéantis. Mais ce vent n’a pas anéanti tout ce qui existe sur terre, car Allâh ta^Ala nous a appris qu’il a sauvé HOud ^alayhi s-salAm et les croyants qui sont avec lui. Ainsi Allâh ta^âlâ dit :

{ وَلَمَّا جَآءَ أَمْرُنَا نَجَّيْنَا هُودًا وَالَّذِينَ ءَامَنُوا مَعَهُ بِرَحْمَةٍ مِنَّا وَنَجَّيْنَاهُمْ مِنْ عَذَابٍ غَلِيظٍ }

(wa lammA jâ’a ‘amrounâ najjaynâ HOudan wa l-lAdhîna ‘AmanOu ma^ahou bi raHmatin minnâ wa najjaynâhoum min ^adhâbin ghalidh)

[sOurat HOud ‘Ayah 58] ce qui signifie : « Et lorsque ce que Nous avons prédestiné est arrivé, Nous avons sauvé HOud et les croyants qui étaient avec lui par une miséricorde de Notre part. Nous les avons sauvés d’un châtiment douloureux ». Parmi les autres exemples de ^Amm makhsous, c’est-à-dire de termes généraux ayant une portée particulière ou spécifique, il y a la parole du Messager Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam :

{ كُلُّ عَيْنٍ زَانِيَةٌ }

(koullou ^aynin zAniyah)

et il est connu dans la Loi que ce Hadîth ne concerne pas les yeux des Prophètes ^alayhimou S-SalAtou wa s-salAm, car Allâh ta^âlâ les a préservés de commettre les péchés des yeux, en raison de la parole de Allâh :

{ وَكُلاًّفَضَّلْنَا عَلى الْعَالَمِين }

(wa koullan faDDalnâ ^ala l-^Alamîn)

[sOurat Al-‘An^Am ‘Ayah 86] ce qui signifie : « Nous leur avons tous accordé un degré et un honneur supérieur au reste des mondes ». Il est parvenu également dans le Hadîth SaHIh rapporté par AbOu DAwOud dans ses Sounan dans le chapitre du Cor (aS-SOur) et de la résurrection que le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

{ كُلُّ ٱبْنِ ءَادَمَ تَأْكُلُهُ الأَرْضُ إِلاَّ عَجْبَ الذَّنَبِ مِنْهُ خُلِقَ وَفِيهِ يُرَكَّبُ }

(koullou bni Adama ta’koulouhou l-‘arDou ‘il-lA ^ajba dh-dhanabi minhou khouliqa wa fIhi yourakkab)

Ici aussi le mot « koull » ne vient pas dans le sens de la globalité puisque dans le Hadîth le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

{ إِنَّ اللهَ حَرَّمَ عَلَى الأَرْضِ أَنْ تَأْكُلَ أَجْسَادَ الأَنْبِيَاءِ }

Et dans le premier Hadîth :

{ كُلُّ ٱبْنِ ءَادَمَ تَأْكُلُهُ الأَرْضُ }

(koullou bni ‘Adama ta’koulouhou l-‘arD)

cela veut dire que la plupart des fils de ‘Adam sont assimilés par la terre, puisque le Messager a excepté dans un autre Hadîth les Prophètes.

La commémoration du Mawlid est une bonne tradition et n’est pas concernée par le Hadith du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam:

{ لَتَتَّبِعُنَّ سُنَنَ الَّذِينَ قَبْلَكُمْ }

(latattabi^ounna sounana l-ladhîna qablakoum)

ce qui signifie : « Vous allez suivre les traditions de ceux qui vous ont précédés », parce que le sens de ce Hadîth concerne les sujets du bas monde.

N’est-ce pas que les musulmans aujourd’hui, pour meubler leur maison, s’habiller et faire beaucoup de choses dont beaucoup sont permises, qui ne sont pas toutes interdites mais dont une partie est interdite, n’est-ce pas qu’ils font comme les non musulmans ?! Aujourd’hui, la communauté du Prophète MouHammad a suivi ces gens-là dans beaucoup de sujets du bas monde, dont certains sont licites et d’autres interdits.

Le Mawlid est une bonne tradition et n’est pas concerné par l’exagération que le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam nous a interdite par sa parole :

{ لاَ تُطْرُونِي كَمَا أَطْرَتِ النَّصَارَى الْمَسِيحَ ابْنَ مَرْيَمَ }

(lA touTrOunI kamA ‘aTrati n-naSAra l-MacIHa bna Maryam)

Le sens de ce Hadîth est : « Ne m’accordez pas un degré supérieur à mon degré tout comme les chrétiens ont élevé ^Içâ au-dessus de son degré ». Les chrétiens l’ont considéré comme étant un Dieu Créateur. Quant à l’organisation du Mawlid que les musulmans pratiquent, ce n’est pas une élévation du Prophète au-dessus de son degré mais un remerciement envers Allâh pour la naissance du Messager. La parole du Prophète (lA touTrOunI…) ne veut pas dire : (ne faites pas mon éloge dans l’absolu). La vérité est de dire que ce qui est une outrance est interdit mais ce qui n’est pas une outrance n’est pas interdit. Sinon, comment le Messager aurait autorisé son oncle Al-^AbbAs, que Allâh l’agrée, de faire son éloge ?! Il a même fait une invocation en sa faveur pour le remercier pour son acte ! Il a été confirmé avec une chaîne de transmission fiable (Haçan) dans ce qu’a rapporté Ibnou Hajar dans « Al-‘AmAli » que l’oncle du Messager, Al-^AbbAs, que Allâh l’agrée, a dit :

” يَا رَسُولَ اللهِ إِنِّي امْتَدَحْتُكَ بِأَبْيَاتٍ “

(yâ raçOula l-LAhi ‘inni mtadaHtouka bi ‘abyât)
ce qui signifie : « Ô Messager de Allâh, j’ai composé des vers de poésie pour faire ton éloge ». Alors le Messager Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam lui a dit :

« قُلْهَا لا يَفْضُضِ اللهُ فاكَ »

(qoulhâ lA yafDouDi l-Lâhou fâka)

ce qui signifie : « Dis-les, que Dieu fasse que tu ne perdes jamais tes dents ». Et cela a effectivement eu lieu, comme l’a dit Al-^AbbAs, parce qu’il a fait l’éloge du Prophète en lui disant :

 ” وَأَنْتَ لَمَّا وُلِدْتَ أَشْرَقَتِ الأَرْضُ وَضَاءَتْ بِنُورِكَ الأُفُقُ “

(wa ‘anta lammA woulidta ‘achraqati l-‘arDou wa DA’at bi nOurika l-‘oufouqou)

ce qui signifie :

Toi, lorsque tu naquis, a resplendit la terre

                         Et par ta lumière les horizons s’illuminèrent.

Le Mawlid est une bonne tradition et ne revient pas à réserver les manifestations d’amour envers le Prophète à un seul jour.

N’est-ce pas que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit aux juifs :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى مِنْكُم »

(naHnou ‘awlA bi Môuçâ minkoum)

et a ordonné de jeûner le jour de ^Achôurâ’, est-ce que le Messager aurait ainsi réservé l’amour envers Môuçâ ^alayhi s-salAm à un seul jour ?!

Le Mawlid est une bonne tradition et ne comporte pas d’atteinte portée aux compagnons du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam ni la prétention que nous aimerions le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam plus qu’eux.

En effet, le Messager Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam n’a pas réuni le Qour’ân en un seul recueil. C’est AbOu Bakr AS-Siddiq qui l’a rassemblé en un seul volume. C’est lui qui l’a appelé Al-MouS-Haf. Aucun compagnon n’a renié ce que AbOu Bakr a fait sous prétexte que AbOu Bakr aurait aimé le Qour’ân plus que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam. Par ailleurs les savants ont dit :

” اَلْمَزِيَّةُ لاَ تَقْتَضِي التَّفْضِيلَ “

(al-maziyyatou lA taqtaDi t-tafDIîl)

c’est-à-dire : Le privilège n’implique pas la supériorité dans le mérite. Si AbOu Bakr AS-Siddiq a eu le privilège de réunir matériellement le Qour’ân alors que le Messager ne l’a pas rassemblé en un volume unique, tel que nous le connaissons aujourd’hui, cela ne veut pas dire que Abôu Bakr est meilleur que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam. Si ^Oumar ‘Ibnou l-KhaTTAb a rassemblé les gens pour la prière du tarAwIH pour être dirigés par un seul homme alors que AbOu Bakr ne l’a pas fait, cela ne veut pas dire que ^Oumar est meilleur que AbOu Bakr. Si ^OuthmAn Ibnou ^Affân a ordonné d’ajouter un appel à la prière dans la prière du vendredi alors que ^Oumar ne l’a pas fait, cela ne veut pas dire que ^OuthmAn est meilleur que ^Oumar. De la même manière, si nous organisons le Mawlid alors que les compagnons ne l’ont pas fait, cela ne veut pas dire que nous sommes meilleurs qu’eux ni que nous aimons le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam plus qu’eux.

Le Mawlid est une bonne tradition et la manifestation de notre joie et de notre bonheur en ce jour, en souvenir de la naissance du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam et de son envoi, n’est pas une atteinte portée à notre amour envers lui sous prétexte que cela coïnciderait avec le jour de son décès, comme le prétendent ceux qui interdisent le Mawlid !!!

En effet, ils se basent sur quelque chose qui n’a aucun fondement : parce que chaque jour de la semaine à travers les époques a probablement coïncidé avec un événement ou une catastrophe qui a frappé les musulmans et les a plongés dans le chagrin. À suivre leurs propos, les musulmans alors ne fêteront plus aucun mariage, ni aucun ^Id car cet évènement aura coïncidé avec le jour de la mort du Messager ou encore avec le jour où sa dent a été cassée, ou bien le jour où sa lèvre honorée a été blessée tout comme cela est arrivé durant la bataille de ‘OuHoud. En résumé, ce que vous prétendez, personne, ni la raison ni les textes ne l’accepte. N’est ce pas que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit :

« خَيْرُ يَوْمٍ طَلَعَتْ عَلَيْهِ الشَّمْسُ يَوْمُ الْجُمُعَةِ فِيهِ خُلِقَ ءادَمُ وفيهِ أُدْخِلَ الْجَنَّةَ وَفِيهِ أُخْرِجَ مِنْهَا »

(khayrou yawmin Tala^at ^alayhi ch-chamsou yawmou l-joumou^ati fIhi khouliqa ‘Adamou wa fIhi ‘oudkhila l-jannata wa fIhi ‘oukhrija minhâ)

[rapporté par Mouslim dans son « Sahih »] ce qui signifie : « Le meilleur jour sur lequel le soleil se lève c’est le vendredi, c’est en ce jour que ‘Adam a été créé, en ce jour qu’il est entré au paradis et en ce jour qu’il en est sorti ». Ainsi, le mérite que le Messager a reconnu au vendredi et le mérite que nous reconnaissons au jour de sa naissance ne comportent aucune atteinte à notre amour envers ‘Adam bien que cela corresponde au jour même durant lequel il est sorti du paradis. Également, lorsque nous glorifions le jour de ^AchôurA’ en raison de la parole du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam :

« نَحْنُ أَوْلى بِمُوسَى مِنْكُم »

Cela ne porte pas atteinte à notre amour pour le Maître des jeunes hommes du paradis Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy que Allâh les agrée lui et son père, bien que cela corresponde au jour où il a été tué. Également la manifestation de notre joie le jour anniversaire de la naissance du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam ne porte pas atteinte à notre amour envers lui, bien que son décès ait eu lieu ce même jour.

Le Mawlid est une bonne tradition, nous ne l’interdisons pas en raison de ce que font certains ignorants à son occasion.

Il est connu qu’il se passe lors du pèlerinage de nos jours, et même par le passé, des choses blAmables de la part de certains ignorants au point que depuis longtemps, un des savants a dit :

” مَا أَكْثَرَ الضَّجِيجَ وَأَقَلَّ الْحَجِيجَ “

Tant de tumulte et si peu de vrais pèlerins.

Tout cela n’a pas causé l’interdiction du pèlerinage ni empêché les gens de le faire. Il en est de même pour le reste des actes d’adoration et de même pour le Mawlid. S’il arrive à l’occasion du Mawlid des choses blAmables de la part de certains ignorants, nous ne l’interdisons pas dans l’absolu mais nous interdisons ce que font les ignorants, c’est-à-dire les choses qui contredisent la religion agréée par Allâh. D’autre part, si un mal vient à se produire dans une mosquée, est-ce qu’on va fermer la mosquée ou bien interdire le mal qu’ont fait certains ?!!

Conclusion : En résumé la commémoration du Mawlid est un bien et une bénédiction, ceci n’est pas quelque chose qui ramène la communauté du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam en arrière. Ce n’est pas une régression. Ceci au contraire renouvelle l’amour du musulman envers le Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam. C’est une occasion qui fait pénétrer en lui les sentiments de son amour pour le Prophète et qui le mène à éprouver de la nostalgie envers lui. Pourquoi ceux qui combattent le Mawlid et par-là les musulmans qui commémorent le Mawlid, qui les déclarent égarés, grands pécheurs et en arrivent même à les déclarer mécréants, pourquoi laissent-ils parfois certaines choses blAmables qui sont véritablement blAmables comme la mécréance par la parole qui se diffuse chez beaucoup de gens du commun, lorsqu’ils insultent Allâh et autre ?!!! Ou comme les choses blAmables telles que le fait de déclarer mécréant un musulman sans raison valable selon la Loi, le fait de le déclarer mécréant du simple fait qu’il fait le tawassoul par le Prophète ou les vertueux, ou le fait de le déclarer mécréant parce qu’il fait le tabarrouk par le Prophète ou par ses traces, ou du simple fait qu’il récite la FAtiHah ou d’autres ‘Ayah du Qour’ân pour un mort ?! Pourquoi ne blâment-ils pas ces choses blAmables et pourquoi interdisent-ils et blâment-ils la commémoration de la naissance du Prophète Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam alors que les avis des musulmans concordent depuis le début de cette  commémoration jusqu’à nos jours : ils l’ont apprécié et recommandé tant que cela reste une commémoration qui ne comporte pas de choses blAmables comme la déformation du nom de Allâh, comme le mensonge au sujet du Messager de Allâh ?! Est-ce que tout leur stratagème, tous leurs actes ne seraient pas à cause d’une haine qu’ils ont dans leur cœur envers le Meilleur de tous les êtres créés par Allâh ?!!

Allâh ta^âlâ dit : [ قُلْ هَلْ يَسْتَوِي الَّذِينَ يَعْلَمُونَ وَالَّذِينَ لا يَعْلَمُونَ ] ce qui signifie : « Dis : sont-ils équivalents ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?! » et le Messager de Allâh Salla l-Lâhou ^alayhi wa sallam a dit : ((طَلَبُ العِلْمِ فَرِيضَةٌ على كُلِّ مُسْلِمٍ )) ce qui signifie : « Quérir la science de la religion est une obligation pour tout musulman ».

الحمد لله رب العالمين

La louange est à ALLAH, le Créateur du monde.

Source: islamreligion.fr

 

 

Older posts Newer posts