Islamic Cultural Foundation Of America (ICFA)

Masjid Al-Muhajireen Wal-Ansar

Page 2 of 166

Comment se comporter après le Hajj? avec Mohamed Sakho

eid_kebir2016Comment se comporter après le Hajj? avec Mohamed Sakho

Eid Prayer in Staten Island, New York

eid_kebir2016

Les activités du jour de la Tabaski (Eid Activities) d’après le Prophète (PSL) – Tijani Grand Zawiya Live Stream)

mouhamed-sakho-tidjani-2016Les activités du jour de la Tabaski (Eid Activities) d’après le Prophète (PSL) – Tijani Grand Zawiya Live Stream)

La description du Hajj (Pèlerinage ) du prophète Mouhammad (PSL) – Partie 2

La description du Hajj (Pèlerinage ) du prophète Mouhammad (PSL) – Partie 2

La description du Hajj (Pèlerinage) du prophète Mouhammad (PSL) – Partie 1

La description du Hajj (Pèlerinage) du prophète Mouhammad (PSL) – Partie 1

Ce dimanche 7 Août 2016 marque le 11e anniversaire du rappel à Dieu de Cheikhal Islam Elhadji Alioune Sakho Tidjani (Radiyallahou anhou)

Cheikhal Islam Elhadji Alioune Sakho Tidjani

Ce dimanche, 7 Aout 2016 marque l’onzième anniversaire du rappel a Dieu de Cheikhal Islam Elhadji Alioune Sakho Tidjani ( Radiyallahou anhou)

Des années après sa disparition, l’ombre continue de planer sur le Sénégal. Il a fini d’accomplir sa mission le 07 Aout 2005. Depuis cette date, son ombre ne cesse de planer au Sénégal et il a laissé un vide jamais comblé. En ces temps de disette et de conflits, où le Sénégal traverse de durs moments, sa sagesse et se vision manquent terriblement. Revenons une nouvelle fois sur le parcours sans faute de cet éminent homme de Dieu. En cette veille de Rmadan, exemple ne pouvait être plus éloquent. Cheikhal Islam Elhadji Alioune Sakho Tidjani: Le Detenteur de la mahrifa (gnose) jamais égalé Une vie au service de Dieu Fils de Cheikh Ibrahim Sakho, l’un des pionniers d’ISLAM au Sénégal, et de Sayyidah Mariam dite: Bosso Ndao , pricesse du Ndoucoumane, Baye Sakho est né en 1933. Elevé à Medina Keur Ndiang Fatma, Thiako Mahate, Keur Ndiaga Soune, Keur Serigne Faana, Keur Elhadji Mor Awa, et Darou Salam Nioro. Cheikhal Islam Elhadji Aliou Bousso Sakho, possède une solide formation religieuse qu’il doit aux professeurs et aux marabouts enseignants de La Sine Saloum. Le disciple de ses oncles :Serigne Mokhtar Drame et Cheikh Elhadji Omar Ndao Alfarouq a émerveillé le monde grâce à l’étendue de sa science. Il entreprend le pèlerinage à La Mecque en 1972 et ceci continue jusqu’a sa disparition en 2005 . Le plus remarquable de l’expérience de Cheikh El Hadji Alioune (naar) Sakho est ce sens de la mesure et la conscience de l’équilibre entre la Sharî’a et la haqîqa. Il a su rester, sa vie durant, entre les deux domaines de la connaissance, s’appuyant merveilleusement, sur une donnée essentielle que le saint Coran qualifie de meilleur viatique vers le vrai monde at-Taqwâ, traduit – et certainement réduit – à la « crainte de Dieu », état non mesurable parce qu’intérieur, mais qui se manifeste par les actes. Tous ceux de Gorgui Sakho, d’après les témoignages de ses contemporains, reflètent cette conscience intime de Dieu. S’inscrivant dans la pure tradition Seydina Cheikh Ahmed Tijâni, El Hadji Alioune (Bousso) Sakho Tidjani a tenté et réussi cette expérience soufie innovée par la Tijâniyya. Comme le prône la Tariqa, Baye a pu allier éducation spirituelle et plein engagement dans le monde d’ici bas, cette sorte de « retraite au milieu de la société », une tarbiya au-delà de l’abstraction, décelable au visu (‘al-hâl) et à l’action (‘al-himma) tendant résolument vers l’istiqâma, la droiture. Dans le domaine économique, Baye Sakho n’échappe pas à la règle et tire de ses fonctions d’appréciables subsides. Il possède plusieurs concessions agricoles, et un complexe commercial. Sa vie dura 72 ans. Un chiffre mystique qui spécifie l’âge adulte dans la Tradition islamique, ou encore l’achèvement ou le départ, selon le point de vue où l’on se place. L’âge du Cheikh -72- donne la valeur fonctionnelle du nom divin « HOUWA ALLAH= Seul Allah est Dieu». « 72 » est aussi la valeur numérique du nom divin «Hadina »= Notre Guide. Il est inexact de parler d’une philosophie du Cheikh. Comme le Prophète Muhammad (Psl), son caractère, c’est le Coran. Son style de vie est puisé dans le Coran qu’il a digéré, intégré. Les Sourates et Versets constituent son armature, son bouclier. Les dits et silences du Prophète (Psl) ou hadiths, lui sont familiers. Il les mémorisait et les a interprétés à la lumière du Coran : ce sont ses boussoles. Il est plus juste d’indiquer le parti que le Cheikh a tiré de la méditation constante sur le Coran, les hadiths et les ouvrages relatifs à ces derniers, de même que la pratique spirituelle. Même un observateur superficiel peut déceler le rayonnement du Cheikh. Affable, courtois, Baye Sakho accueillait indistinctement tous les hommes, de toutes les conditions et confessions. Il vivait dans la cité et pour la cité. Il prêchait d’exemple. Son Enseignement n’était ni docte ni doctoral, mais se fondait sur l’expérience vécue et la tradition prophétique. Ouvert à tous, il avait foi en l’homme. Il acceptait la mission qu’Allah nous a assignée, celle des gérants de l’Univers. Profondément pénétré de la miséricorde divine, mais terrifié par sa toute puissance, il avait à cœur, toujours et partout, d’assurer le salut de ses semblables par ses sermons, ses adresses aux hommes (musulmans et non musulmans). Ses discours, qui sont souvent des panégyriques, mettaient en pleine lumière les qualités du meilleur des êtres ainsi que l’idéal moral du musulman. Il ne manquait de proclamer que si, par son entremise, tous les hommes étaient sauvés, au prix de sa propre damnation, il s’en satisferait. D’un altruisme singulier, il se dépouillait de ce qu’il avait de plus cher au profit des autres. D’une humilité asymptotique à l’humiliation, il était admiré et aimé de tous. Les têtes couronnées de ce monde, les hommes et femmes de toutes conditions trouvaient auprès de lui réconfort, soutien, raison de vivre et d’espérer. Sans doute était-il militant discret et pénétrant de la Tariqa Tidjaniya. Mais il déclarait à tous que l’appartenance à une confrérie ne devait point être source de discorde. Il s’efforçait d’être présent partout où il considérait qu’il pouvait apporter quelque chose. Son enseignement. Le Cheikh était d’un humanisme intégral. Rien de ce qui est humain, pour reprendre le mot de Térence, ne lui était étranger. Il était « poreux à tous les souffles », souffrait des maux d’autrui, mais acceptait toujours le décret divin. L’homme, a-t-il compris, est la créature privilégiée de Dieu. Notre mission terrestre est, après que nous avons tiré parti de tout ce qui nous est soumis sur la terre et dans les cieux, de préparer notre vie dans l’au-delà, dans la paix et la solidarité. Tout homme est, pour ainsi dire, sacré et mérite respect et considération. C’est pourquoi le vénéré Cheikhal Islam Elhadji Alioune Sakho vouait une égale estime à tous, ne voyant en chacun d’entre nous qu’une manifestation divine. Il se gardait d’offenser la moindre créature. Son scrupule était admirable. Il abandonnait les sentiments intérieurs des cœurs et scrutait les moindres détails extérieurs. Parfois, certains disciples pensaient l’avoir trompé, alors qu’il était au fait de leurs turpitudes. Pudique au possible, il s’interdisait tout caractère qu’Allah n’agrée pas. La pudeur s’accroît par la claire conscience qu’Allah est avec nous partout où nous sommes, que nous sommes sous son regard et que nos actions ne lui échappent point. Sa finesse était à toute épreuve. Un sage nous définit ainsi la finesse : « c’est d’éviter les caractères douteux, tout en gardant en permanence l’esprit alerte de générosité et de libéralité. Il s’agit, en l’occurrence, d’un homme au caractère pur, au souci transparent, à la parole heureuse. Souvent silencieux et constamment en méditation, il est dominé par la crainte et la pudeur de salir sa valeur par un état reposant pour tout âme, qui l’amènerait à incliner vers sa nature ». La sincérité qu’il manifestait en toutes circonstances était légendaire. Dans toutes ses démarches, il n’avait en vue qu’Allah, auteur des prescriptions et proscriptions. La sincérité, nous enseigne-t-on, c’est d’exclure les créatures, lorsqu’on sert le Seigneur et de ne voir que la récompense d’Allah, sans chercher l’amour d’un compliment ou fuir la honte d’un dénigrement. Notre religion, l’Islam, préconise la recherche du savoir qui, une fois acquis, au lieu de nous rendre infatués de nous-mêmes, doit nous conduire vers la sagesse. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », enseignait Rabelais. La sagesse est la marque distinctive des hommes de savoir. C’est un « bien immense » qu’Allah donne à ses créatures privilégiées.

Le Prophète (Psl) a dit, « lorsque vous voyez un homme qui renonce au bas monde, rapprochez-vous de lui, car il reçoit la sagesse ». Il a déclaré, en outre : « Lorsque le serviteur renonce au bas monde, il hérite de trois qualités : une gloire sans avoir un clan, une richesse sans avoir l’argent, une science sans initiation ». Le Cheikh était un vrai sage, devant qui se pâmaient d’admiration les plus grands érudits. Il bénéficiait, pourrait-on dire, d’une science infuse. La sagesse nous permet de discerner le vrai du faux et d’arriver à un amour tyrannique de Dieu. Le Cheikh aimait par dessus tout Allah et Son Prophète (Psl). « L’Amour d’Allah, écrit un sage, est le but ultime de notre cheminement et la cime de notre ambition ».Tous les bienfaits dont nous jouissons viennent de Lui exclusivement. Lorsque le cœur perd cet amour, sa douleur est plus grande que celle qu’éprouve l’œil en perdant sa lumière, celle qu’éprouve l’oreille en perdant son ouïe. A vrai dire, la corruption du cœur, lorsqu’il est vidé de l’amour de Celui qui l’a créé et façonné, est plus grave que la corruption du corps vidé du souffle vital. Ceci n’est reconnu que par celui qui ressent une vie en lui, car les blessures ne réveillent pas les morts ». Cet homme de Dieu occupait une place enviable dans la Cité dans la Confrérie Tidjaniya. Sa Place dans la Cité Un homme de Dieu tel que CheikhAlioune Sakho tidjani ne manifestait ni égotisme ni égoïsme. Il considérait qu’il vivait au milieu des siens. Il avait à cœur, comme tout le monde, de s’acquitter de ses devoirs et de jouir de ses droits. « Tous les croyants sont frères », déclare le Coran. Notre Cheikh, plus que tout autre, comprenait les sens exotérique et ésotérique de cette déclaration d’Allah. Il en avait fait sa règle de vie. Comme il le manifestait, il n’avait pas oublié sa part de ce monde. Au cœur des problèmes de la cité, il assumait le destin du peuple comme le sien propre. Il savait de science certaine que l’ascétisme outrancier est étranger à l’Islam. Notre religion est celle du juste milieu. Elle préconise la tolérance, la solidarité, la paix, la concorde. Les oraisons, recommandées périodiquement, de même que les aumônes visant à prévenir certaines calamités ou à assurer la paix sociale, figurent en bonne place parmi ses actes de solidarité et d’amour du prochain. Baye Sakho ne ménageait pas ses forces déclinantes. Il se savait chargé d’une mission divine de haute importance, que l’on perçoit mieux en étudiant sa place dans la Tariqa Tidjaniya. Le Cheikh était parmi les plus puissants de notre religion, mais il n’a jamais voulu s’en vanter ni manifester quelque pouvoir. Voilà le signe d’un véritable pôle. Ceux qui, choisis par le Cheikh, avaient la chance de deviser avec lui des secrets de la Tariqa, savent bien que c’était un Saint accompli, un pôle. Cet homme d’une rare probité a laissé un vide difficile à combler. Le monde se sent orphelin de cet homme qui a réussi à faire l’unanimité autour de sa personne. Il avait su transcender les barrières. Conscient de sa mission de guide religieux au service de son peuple, il n’a jamais ménagé ses efforts pour l’émergence d’un monde apaisé et réuni autour de l’essentiel. Repose en paix, gorgui, La Oumah entier continuera de te pleurer.Nous savons que de la où tu es tu veilles sur nous. Fatiha+41 Al Ikhlas pour que la paix à son âme.

Alliance des valeurs pour un monde meilleur avec Imam Mohamed Sakho Tidjani

mouhamed-sakho-tidjani-2016Alliance des valeurs pour un monde meilleur avec Imam Mohamed Sakho Tidjani

Alliance des valeurs pour un monde meilleur

mouhamed-sakho-tidjani-2016Alliance des valeurs pour un monde meilleur

Tafsir de la plus belle Sourate du Saint Coran avec Mouhamed Sakho

mouhamed-sakho14072016Tafsir de la plus belle Sourate du Saint Coran avec Mouhamed Sakho

Réflexion sur la Sourate Al-Fatiha avec Mohamed Sakho Tidjani

mouhamed-sakho-tidjani2016Réflexion sur la Sourate Al-Fatiha avec Mohamed Sakho Tidjani

« Older posts Newer posts »